Carré d'info

Site d'actualité et d'information à Toulouse

Le palmarès du FIFIGROT première pression

Bertrand Blier, président du jury, a remis l'Amphore d'Or à Jérôme Le Maire aux côtés de Renaud Fréchin / Photo Carré d'Info - Kévin Figuier

La première édition du Festival International du Film Grolandais s’est conclue ce soir au cinéma Utopia de Toulouse. Le jury présidé par Bertrand Blier a rendu son verdict qui a couronné trois films étrangers…

Renaud Fréchin, avocat de son état et président de l’association A Côté organisatrice du Festival a joué au maître de cérémonie. Une cérémonie où il était question de « célébrer l’esprit et le génie grolandais ». Le président s’est félicité du « rayonnement inattendu » de l’évènement bien que « secrètement espéré ».

Deux étudiants de l’ESAV, partenaire de l’évènement, et dont un jury de cinq pensionnaires remettait le prix, ont ouvert le bal des récompenses…dans un esprit parfaitement grolandais. L’un deux en a profité pour adresser une demande en mariage à Noël Godin dont il ne risquait pas de recevoir un bisou goulu, ce dernier étant reparti un peu plus tôt vers la Belgique. Aux équipes de films présentes dans la salle, il a adressé un message clair : « Grocinéphiles, venez à Toulouse vous installer. Il y a tout ce qu’il faut, vous vous éclaterez plus qu’à Paris ».

Les trois prix remis lors de la cérémonie de clôture / Photo Carré d'Info - Kevin Figuier

 

>> Le palmarès de cette première édition du FIFIGROT :

- Amphore d’Or : « Le Grand Tour » de Jérôme Le Maire (retrouvez l’interview du réalisateur et la critique du film)

- Prix du Public : « Le Roi du Curling » de Ole Endresen (retrouvez la critique du film)

- Prix des étudiants de l’ESAV : « Heavy Girls » de Axel Ranisch (retrouvez la critique du film)

 

Une cérémonie conclue par un Banzaï comme il se doit / Photo Carré d'Info - Kévin Figuier

 

Jérôme Le Maire, grand vainqueur, présent en fin de semaine sur le festival n’était malheureusement pas présent hier soir. Il n’a donc pu se voir remettre l’Amphore d’Or des mains de Bertrand Blier. Joint par téléphone il a malgré tout pu adresser quelques mots à la salle par micro interposé. « Je suis avec les gars de la fanfare (acteurs et objet principaux de son film, ndlr) via Skype. On est ivres de bonne humeur et de bonheur ». Il a pris soin de poser la seule question qui vaille : « L’amphore est pleine ou vide ? ». Bertrand Blier lui a intimé l’ordre de « vite faire un second film ».

Le président Fréchin a par la suite invité toutes les équipes de films sur place et qui « n’avaient pas eu les moyens de satisfaire les conditions financières demandées » pour corrompre le jury de venir saluer le public et lâcher comme il se doit un bon et gros : « Banzaï ».

 

A l’année prochaine !

2 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Dommage qu'En pays cannibale ne soit pas primé, il le méritait largement!